Vous vous trompez

Seule en scène


Le nouveau solo de Lorette Goosse
Dans une mise en scène d’Evelyne Rambeaux
Le 5/12/2009 au Chiroux. Centre culturel de Liège Tel : 04 223 19 60
Du 8 au 26/12/2009 à la Samaritaine à Bruxelles Tel 02 511 33 95
Souvent, la faille est humaine, la faillite frauduleuse et la fouille aléatoire.
Faisons fi de nos faiblesses ! Si l’erreur est humaine, le rire est divin.


Entre vérités bonnes à taire et mensonges bons à dire, Lorette Goosse épingle ces petits « couacs » qui émaillent nos quotidiens et ces faux-pas, ces dérapages incontrôlés qui - l'air de rien - rectifient nos trajectoires. De quiproquos en retournements de situation, elle se jouera des apparences... De beaux éclats de rire en perspective...
« Vous vous trompez » s’inscrit dans la droite ligne de « Oups » et « Black & White », ses précédents seule en scène, elle défendra sa réputation de comédienne caméléon sur des textes inédits de douze auteurs belges : Dominique Breda, Patrick Chaboud, Bernard Cogniaux, Christian Dalimier, Lorette Goosse, Jean-Louis Leclercq, Marie-Paule Kumps, Layla Nabulsi, Evelyne Rambeaux, Véronique Stas, Bernard Tirtiaux.
Grande Illusion : Pierre Dherte.
Auteur-compositeur : Jean-Luc Fonck.
Spectacle « Carte blanche » de La Samaritaine. Avec le soutien du centre culturel et de congrès de Woluwé-St-Pierre et des Chiroux-centre culturel de Liège


Avec Vous vous trompez, Lorette Goosse s’engouffre dans nos préjugés, aprioris et autres idées toutes faites.
Black and White, son précédent solo, par sa thématique sur le veuvage, se présentait d’une manière plus linéaire, son nouveau show, plus déjanté ratisse très largement dans notre quotidien et égrène ainsi un beau chapelet de vérités bonnes à taire et de mensonges bons à dire.
Pendant près de deux heures, elle va donc chambouler énergiquement nos apparences confortables et épingler toute une série de nos petits (et grands) travers.
Si le premier sketch, jouant sur une sorte de dédoublement de la personnalité, laisse un peu perplexe, pas de panique, la suite du spectacle s’avère nettement plus drolatique, décalée et pimentée.
D’une chanson digne d’un refrain national (On veut des sous) aux déboires d’une divorcée en mal d’amour, c’est notre actualité qui est passée à la moulinette de l'humour : la crise financière, la peur de vieillir, la solitude, le besoin d’être aimé.
Qu’elle sorte de ses tongs en imitant Daisy, qu’elle ironise sur les constipés du courage, qu’elle nous guide lors d’une visite particulièrement épicée d’une ruine cathare, qu’elle se transforme en membre de la Ligue des Blondes intelligentes ou qu’elle hurle ses frustrations face aux pieux mensonges dont on farcit la tête des enfants pour qu’une fois devenus grands ceux-ci se retrouvent déçus voire dégoutés par la réalité, Lorette Goosse propose un one-woman-show dynamique, complice, généreux et décapant.
Dans la mise en scène d'Évelyne Rambeaux, elle se révèle une artiste complète.
Pour interpréter les textes écrits sur mesure pour elle par une douzaine d’auteurs belges (Dominique Breda, Patrick Chaboud, Bernard Cogniaux, Christian Dalimier, Lorette Goosse, Jean Louis Leclercq, Marie Paule Kumps, Layla Nabulsi, Evelyne Rambeaux, Véronique Stas, Bernard Tirtiaux), l’humoriste chante, danse, mime, parodie et insuffle à Vous vous trompez une énergie et un enthousiasme communicatif qui font que le public a bien du mal à voir les spots s’éteindre sur une dernière ovation (bien méritée)